Posts Tagged ‘ Société ’

Gauche radicale et G O P

Gauche radicale et G O P

Le spectacle que donne aujourd’hui la gauche fait bizarrement penser à celui que donne le Parti Républicain aux Etats-Unis, le Grand Old Party. La gauche française, hors le petit groupe qui entoure encore François Hollande, est une alliance de mouvements1 qui refusent tout en bloc, au nom de la lutte contre l’ultra-libéralisme et contre ce qui est, à leurs yeux, le démantèlement du modèle social. Ce refus en bloc témoigne que les cadres et la base de cette gauche n’admettent ni la nécessité ni les principes, et moins encore les modalités des réformes proposées, aujourd’hui sur le Code du travail, hier sur les retraites. La réforme est vue comme le premier temps d’une régression sociale qui n’aura ni fin ni limite. Nulle place ici pour l’analyse économique.  Au nom de l’antilibéralisme, de la lutte contre l’horreur économique, il est tout bonnement impossible pour cette gauche d’admettre un lien entre le niveau de salaire et le niveau de l’emploi,  ou entre le fonctionnement du marché du travail et la création d’emploi. Au sens strict, ce serait péché, une cause de mort de l’âme,...

Lire la suite »

Calim’héros, le super rebelle

“Pas de promo, aucun journal. Cela pourrait nuire à notre image. C’est beaucoup trop commercial. Surtout très peu d’ambition. Pas question d’une éventuelle évolution pour qu’on m’accuse de trahison Ah non ! De l’underground je suis le champion.” Reste underground – IAM – 1993 On reconnaît le rebelle aux attitudes suivantes : il condamne beaucoup, il ne propose rien,  ni nouveau modèle de société ni petite amélioration. En bref , le rebelle n’est pas réformiste. Être réformiste suppose d’accepter le système dominant. Et – avec celui-ci – le rebelle considère qu’une seule interaction est acceptable : la confrontation.  Les autres modes sont inacceptables car ils supposent une collaboration avec l’ennemi. L’ennemi étant le monde tel qu’il est organisé aujourd’hui. Le rebelle n’est pas révolutionnaire. Être révolutionnaire suppose un projet post révolutionnaire soit la réponse à la question «Qu’est ce qu’on fait une fois qu’on a tout cassé ?». Et de projet post révolutionnaire, le rebelle n’en a pas sous la main. Mais alors, mais alors… qui est Calim’héros ? «Loin des jouisseurs qui traînent leur ennui, loin de ceux dont les mains ont trempé dans...

Lire la suite »