Posts Tagged ‘ parti socialiste ’

La refondation ? A coup de plan com et sans ouverture politique

La refondation ? A coup de plan com et sans ouverture politique

La façon dont le pouvoir socialiste essaye de redéfinir son offre politique, et précisément en matière de politique économique, est devenue déconcertante. Ce n’est pas que les mesures proposées (plan de formation, nouvel accent mis sur l’apprentissage, jusque-là sacrifié aux emplois d’avenir et autres TUC) soient stupides, loin de là. C’est qu’elles signent un aveu : ce qui a été fait depuis mai 20121 était malvenu et au mieux très léger, comme l’illustre la fin du débat sur le travail du dimanche.  Face aux objections du monde syndical, compréhensibles et légitimes dans leur ordre, mais inacceptables si le but est de lutter contre le chômage, le gouvernement a préféré ne pas arbitrer nettement en faveur de l’emploi. Il lui faut ménager cet électorat de gauche qui est sensible aux arguments syndicaux2. Timidité, donc. Ce qui déconcerte aussi par contraste, c’est le nombre de signaux imbéciles adressés par le pouvoir aux groupes dont il veut se gagner les faveurs, et surtout les milieux économiques. Valls avait commencé par un “j’aime l’entreprise” qui sentait le plan com et surtout la maladresse. Macron...

Lire la suite »

2017 : un pouvoir socialiste sans base sociale

Il est incompréhensible que François Hollande veuille se représenter aux prochaines présidentielles. Le pouvoir socialiste a perdu de si nombreux appuis, de si nombreux relais dans le corps électoral et, plus profondément, dans la société française que cette hypothèse paraît tenir du suicide historique. Il se trouvera certainement des électeurs pour voter François Hollande, mais dans chaque segment de la société, ils seront une minorité. Pour s’en convaincre, selon une méthode qui a ses lettres de noblesse et qui est plus parlante que l’analyse cartographique à deux sous qui s’est répandue, il suffit de passer en revue les différents groupes sociaux, avec ce que l’on sait de leurs comportements électoraux par les sondages et les résultats d’élections. La bourgeoisie d’affaires, les “milieux économiques” grands et petits, cette classe qui contrôle les moyens de production, ne votent de toute façon pas à gauche.  Seuls Valls ou Macron pourraient recueillir quelques suffrages isolés, dissidents dans cette section de la société qui en 2007, moins en 2012, s’était reconnue dans le style et les valeurs de Nicolas Sarkozy, le candidat selon son coeur. L’autre...

Lire la suite »

Politique française : triste scénario

Dominique Strauss-Khan vient de déclarer que François Hollande dissoudrait probablement l’Assemblée nationale avant la fin 2015 et François Bayrou vient d’annoncer que François Hollande ne terminerait pas son mandat.  Strauss-Khan et Bayrou ne sont pas des opposants de type perroquet, comme l’UMP en compte beaucoup et qui répètent sur injonction d’un Copé “démission, démission, …”.   Au même moment, Manuel Valls déclare que la gauche peut mourir, et il semble s’installer dans l’opinion l’idée que le Front National sera nécessairement présent au second tour de l’élection présidentielle de 2017. Schadenfreunde Il faut évidemment faire la part des tactiques personnelles dans ces prévisions, et celle de la schadenfreunde, cette joie mauvaise.  Néanmoins, le scénario d’un éclatement, d’une évaporation du pouvoir socialiste, deux ans après l’élection présidentielle, ne peut être écarté - la IVème République a bien éclaté devant les événements d’Algérie. La dissidence d’une petite cinquantaine de députés, mécontents du tournant “social-libéral” du quinquennat, n’y sera certainement pour rien : les techniques du parlementarisme rationalisé permettent au gouvernement de les contenir. Cet éclatement, ce serait plutôt la conséquence de l’impopularité de François...

Lire la suite »

Parti socialiste français et Parti démocrate américain

Question sensible en vérité que celle de la comparaison entre Parti socialiste français et Parti démocrate américain. Aucune comparaison n’est véritablement neutre, mais celle-ci, et au-delà des histoires très différenciées des deux partis, est révélatrice d’un certain nombre d’impensés du socialisme français, on serait tenté de dire de tabous. La difficulté est encore aggravée par le fait que lorsque l’on s’intéresse à l’évolution du Parti socialiste français, il faut toujours distinguer ce qu’il dit et ce qu’il fait. Cette difficulté n’est pas propre au Parti socialiste français mais on doit constater que sur le plan des idées, le PS français a toujours voulu se différencier des expériences des partis frères, qu’elles soient hier de facture social-démocrate ou aujourd’hui social-libérale. Fondamentalement, ce qui continue aujourd’hui de différencier les deux partis c’est bien le rapport au libéralisme. Les démocrates se réfèrent à une tradition libérale qui n’a cessé d’évoluer, d’où le fait que le terme « libéral » n’a pas les mêmes significations politiques en France et aux Etats-Unis. Pour les socialistes français, le libéralisme n’est acceptable que dans ses volets politique et...

Lire la suite »

PS : les limites de la justice intuitive

Comme souvent, ce que décide le pouvoir socialiste paraît conforme à la justice intuitive, mais rapidement, se révèle un non sens dont il aurait pu se douter avec un peu de réflexion. Ainsi cette idée que le capital et le travail doivent être taxés de la même façon, qui a pour elle l’intuition “à revenu égal, fiscalité égale”, et qui procède selon le bon mot de Karine Berger, “économiste” du PS, de l’”égale dignité du travail et du capital”.  Les mesures inspirées par ce sens intuitif de la justice se sont révélées un non sens économique, et le gouvernement les a retouchées à coup d’exemptions compliquées, après l’épisode des “Pigeons”, conscient désormais que les revenus du capital et ceux du travail ne procèdent pas des mêmes logiques. Modes de formation, stabilité, emplois qu’on en fait, aléas, géographie et sociologie, … tout sépare souvent les revenus du travail et ceux du capital, et ce n’est pas sans raison que des régimes fiscaux différents leur sont traditionnellement appliqués.  On peut le regretter, compte tenu que ces revenus et ces régimes dessinent ou...

Lire la suite »