Emmanuel Todd et le complexe de Sénécal

Il est toujours pénible d’avoir à écrire un billet ad hominem. C’est déplaisant, peu convenable, et oblige à s’occuper d’une  personne, avec ses particularités et ses petits et grands démons, qui n’ont à l’échelle des choses que peu d’importance. Les propos d’Emmanuel Todd sur l’Allemagne, le 10 mai lors d’une émission télévisée où il semble avoir table ouverte, sont si indignes qu’ils obligent pourtant à le désigner au mépris public – pour reprendre une vieille expression, désuète mais pertinente. C’est une infamie et une lâcheté de dire, dans un débat à la télévision française, à une politologue berlinoise et à l’ancien conseiller politique de Helmut Kohl (au demeurant, … Lire plus

Gouverner, c’est (mal) nommer

Le pouvoir entend procéder, après le “choc de simplification” annoncé pour les formalités administratives, à un “choc de moralisation” rapide afin de cautériser la  plaie que représente l’affaire Cahuzac. Qui n’approuverait ? Encore faut-il que le “choc” débouche sur des textes précis, judicieux, applicables rapidement, sans succession de décrets d’application ou embarras pratiques qui en réduiraient la portée.  Ce sera difficile, mais sait-on jamais ! Il reste que la pratique du pouvoir socialiste depuis onze mois a péché sur un autre plan qui pourrait appeler un “choc de moralisation”, celui des nominations, prérogative dont l’exercice importe autant que de surveiller le patrimoine … Lire plus

Sciences-Po : test de reproduction

On aurait tort de voir dans les péripéties qui marquent la désignation du prochain directeur de Sciences-Po une petite affaire à la française, typique d’un monde un peu archaïque, assez déplaisant, mais somme toute sans grande importance.  Sciences-Po est la matrice de tout un pan de la classe dirigeante française, notamment parce qu’il s’agit de la voie classique d’accès à l’ENA. Au delà du poste de prestige et d’influence pour celui qui l’occupe, la direction de l’Institut donne un pouvoir d’orientation sur ce que sera au moins une fraction de cette classe dirigeante. Par 15 voix contre 14, la désignation d’un … Lire plus

La réforme bancaire, des doctrinaires aux technocrates

Le projet de réforme du secteur bancaire laisse perplexe. La comparaison avec les débats puis les travaux lancés aux Etats-Unis et surtout, avec la même inspiration qu’en France, en Grande-Bretagne paraît conduire à une conclusion : le pouvoir considère, sans le dire, que le secteur bancaire français n’a pas à être réformé. Rien n’est imaginé pour inciter les établissements financiers à privilégier le financement de l’économie industrielle. Les activités spéculatives, qu’on voulait isoler des activités bancaires traditionnelles, celles que l’Etat pourrait avoir un jour à garantir, sont définies de telle sorte qu’elles ne concernent pas grand chose dans le total … Lire plus

La religion aux religieux, la société aux laïcs

Observons –  est-ce seulement une anecdote ? –  que la manifestation contre le mariage gay était parrainée par l’église catholique et organisée par un général en retraite : la vieille alliance du sabre et du goupillon, et une foule qui est exactement celle que l’on attendait en pareilles circonstances, dans le style, dans l’âge et dans les convictions.  Ce qui donnerait envie de crier, comme en 1900, “A bas la calotte” ; et que l’épiscopat s’occupe des prêtres pédophiles, des internats irlandais et de toutes les variétés d’abbé Cottard, cet ami de la jeunesse ! De l’autre, dimanche 27 janvier, des manifestants plus … Lire plus

Duflo à Washington

Il est flatteur pour l’Ecole normale supérieure, qui lui a donné sa première formation, et pour le Collège de France où elle enseigne que la célèbre Esther Duflo ait été appelée à rejoindre un conseil d’économistes de haut niveau par Barack Obama, au tout début de son nouveau mandat. Ce conseil de neuf membres s’occupera de questions de développement. Esther Duflo était devenue citoyenne américaine. La voila dans la technostructure de ce grand pays.  Bel exemple de “brain drain” ; l’exil n’est pas seulement fiscal, semble-t-il.  “Cette baroudeuse de la science économique, intellectuelle de centre gauche et spécialiste de la … Lire plus

Retour sur l’exil fiscal

L’exil fiscal met l’opinion mal à l’aise, à gauche comme à droite.  A droite, pour les électeurs qui ont par tradition, par conviction, une fibre patriotique, il évoque la trahison et l’égoïsme, et le mépris de l’intérêt général au nom de la prospérité personnelle.  A gauche, il confirme ce que l’on a toujours pensé de l’Argent et de la bourgeoisie : la fortune n’a point de patrie. C’est qu’il fait sentir à tous que l’égalité des sociétés démocratiques, “à chaque homme sa voix” et “un homme vaut un homme”, n’est pas pertinente en économie.  Ceux qui ont aujourd’hui du capital, … Lire plus

Illégal / Immoral : la prostitution dans l’impasse

On l’a observé : les débats sur la prostitution n’avancent pas. Les options de politiques publiques sont les mêmes depuis près de deux siècles : interdire et sanctionner  / reconnaitre et réglementer / ignorer et tolérer (ce qui était la position du droit français pendant longtemps).  Les positions philosophiques sous-jacentes sont elles-aussi bien connues. Abolir et sanctionner Pour les uns, il faut interdire la prostitution et la transformer en délit correctionnel : elle procède d’une situation répréhensible (la domination masculine, l’infériorité économique des femmes), et elle attente à une norme morale supérieure, la dignité de la femme, notion qui remplace dans … Lire plus

Bruno Le Maire, la France et l’Allemagne

“Le mépris typiquement français pour les petits pays et leurs drames. Mais si ! Mais si, je le vois bien ! Vous ne devriez pas. Votre grande histoire ne vous donne aucun droit sur nous. Elle a été autant abîmée que la nôtre, votre grande histoire, seulement vous ne voulez pas le reconnaître, non ? Je me trompe ? Vous avez cru que votre histoire vous donnait des droits sur les autres, sur les petits, sur les vaincus. Vous faites une erreur. Vous faites une erreur grossière depuis des années. Les petits pays vous voient rapetisser à votre tour, certains, … Lire plus

Benedetto Croce et l’Allemagne

Singulière à cet égard a été la condition du peuple allemand, peut-être le mieux instruit et le plus ordonnément laborieux des peuples de l’Europe. De la nouvelle unité et de la nouvelle puissance à laquelle s’était élevée l’Allemagne, ce peuple se servit pour croître magnifiquement dans le domaine des industries, du commerce, de la science et de la technique, de la doctrine et de la culture variée ; et pourtant, s’il savait faire sortir de son sein une classe d’administrateurs et de bureaucrates capables et probes et une autre de militaires de valeur (bureaucratie et militarisme sont traditionnels en Prusse), … Lire plus