De Claudio Monteverdi à Claude Debussy

Avez-vous déjà essayé de chanter en pleurant ? C’est cette insoluble équation que tente de résoudre Claudio Monteverdi (1567-1643) quand il compose ses madrigaux, publiés entre 1587 et 1651 – le dernier l’ayant été après sa mort. Grâce à la musique, le maître parvient toutefois à transgresser cette impossibilité par le langage symbolique de l’art et au moyen de la métaphore. Cet effet nous est parfaitement rendu par la Compagnia Del Madrigale1, l’un des ensembles de musique vocale les plus reconnus sur la scène internationale de la musique ancienne.

Leur album Lagrime d’Amante paru chez Glossa en mai 2022 réunit des madrigaux choisis parmi les six premiers livres de Claudio Monteverdi. Le madrigal, un genre qui s’est développé au cours de la Renaissance et au début de la période baroque en Italie, se présente sous la forme d’une polyphonie vocale a cappella. Les textes poétiques utilisés par les compositeurs y ont une grande importance et étaient généralement empruntés aux meilleurs auteurs italiens de l’époque tels que Torquato Tasso, Battista Guarini ou Pétrarque. Le madrigal, un genre qui s’est développé au cours de la Renaissance et au début de la période baroque en Italie, se présente sous la forme d’une polyphonie vocale a cappella. Les textes poétiques utilisés par les compositeurs y ont une grande importance et étaient généralement empruntés aux meilleurs auteurs italiens de l’époque tels que Torquato Tasso, Battista Guarini ou Pétrarque.

Construit autour du thème de l’amour et du deuil, ce disque est aussi un hommage à l’un des membres fondateurs de la compagnie décédé en 2020, Daniele Carnovich. Parmi les treize madrigaux sélectionnés pour cet album, on y retrouve la célèbre Sestina, issue du sixième livre (1614). Cette pièce est une mise en musique du poème Lagrime d’amante al sepolcro dell’amata (« Larmes d’amoureux sur le tombeau de l’aimée ») qui a été écrit par Scipione Agnelli en mémoire de la jeune cantatrice Caterina Martinelli (1590-1608), élève de Monteverdi. Ici, la Compagnia Del Madrigal atteint des sommets dans la beauté des voix tout en gardant une polyphonie bien aérée. Le texte est clairement retransmis grâce à un travail méticuleux de prononciation, transportant l’auditeur dans l’Italie du début du XVIIème siècle. Une vraie réussite musicale !

Il est intéressant de mettre ce répertoire en regard avec des œuvres de musique vocale composées plus tardivement, au début du XXème siècle. Claude Debussy (1862-1918) s’est ainsi inspiré de plusieurs textes du poète Charles Ier d’Orléans (1407-1465) écrits en vieux français pour composer trois chansons dans le style musical du début du XXème siècle. Fils de Louis Ier d’Orléans, le frère du roi de France Charles VI, Charles Ier d’Orléans fut un prince qui s’est davantage illustré pour ses œuvres poétiques écrites pendant ses années de captivité en Angleterre de 1415 à 1440 que pour ses exploits militaires.

Debussy a choisi trois chansons (“Dieu! qu’il la fait bon regarder!” et “Yver, vous n’estes qu’un villain”) mises en musique une première fois en 1898, puis remaniées et complétées par “Quand j’ai ouy le tambourin sonner” en 1908. C’est la rencontre de deux époques qui rendent ces pièces captivantes. Les versions que nous proposons figurent sur l’intégrale des œuvres de Claude Debussy parue en janvier 2018 chez Warner. On retrouve une très belle interprétation de la version de 1908 par l’Ensemble vocal Philippe Caillard, dirigé par Philippe Caillard (né en 1924) (CD25, Pistes 7, 8 et 9), mais c’est surtout la performance du Chœur de chambre de Namur, dirigé par Thibault Lenaerts (CD25, Pistes 5 et 6) qui a retenu toute notre attention. Les harmoniques debussystes sont colorées et le Chœur de chambre de Namur s’amuse à jouer avec le texte – un vrai régal. D’innombrables joyaux de la musique de Claude Debussy figurent sur cette intégrale, ils n’attendent qu’à être découverts !

Charles Civatte

Claudio Monteverdi (1562-1643)Lagrime d’Amante – La Compagnia del Madrigale – Œuvres de Claudio Monteverdi – Paru chez Glossa en mai 2022

Claude Debussy (1862-1918) – Claude Debussy : The Complete Work – Paru chez Warner Classics en janvier 2018 Trois Chansons de Charles d’Orléans :
● Chansons 1 et 3, première version (1898), premier enregistrement mondial, par le Chœur de chambre de Namur, dir. Thibault Lenaerts (CD25, Pistes 5 et 6)
● Chansons 1, 2 et 3, deuxième version (1908), par l’Ensemble vocal Philippe Caillard, dir. Philippe Caillard (CD25, Pistes 7, 8 et 9

Notes

Notes
1Rossana Bertini, soprano. Francesca Cassinari, soprano. Elena Carzaniga, alto. Giuseppe Maletto, ténor. Raffaele Giordani, ténor. Daniele Carnovich, basse. Matteo Bellotto, basse.
Partage :