Posts Tagged ‘ islamisme ’

Kamel Daoud, un indigène réduit au silence

Kamel Daoud, un indigène réduit au silence

Le romancier algérien Kamel Daoud, on le sait, a publié dans le journal Le Monde, le 31 janvier 2016, un article intitulé “Cologne, lieu de fantasmes” au sujet des différences culturelles concernant la place des femmes et la sexualité entre l’Occident et ce qu’il appelle “le Monde musulman”. Le 12 février 2016, un groupe d’anthropologues, historiens et sociologues le clouent au pilori en co-signant un article virulent qu’ils intitulent “Les fantasmes de Kamel Daoud“, qualifiant ses mots de “lieux communs navrants sur les réfugiés originaires de pays musulmans” et d’islamophobes.  Soraya (pseudonyme) a souhaité leur répondre par cette lettre.  Ndlr.   Mesdames et Messieurs les anthropologues, historiens et sociologues bien-pensants, Permettez-moi tout d’abord de vous dire que vous avez tort. En tant que femme, musulmane, française de naissance, algérienne ayant vécu une décennie en Algérie, permettez-moi de vous dire que vous avez tort. L’islamophobie que vous devriez combattre n’est pas celle de Kamel Daoud mais la votre. En effet dans son premier texte, comme dans le second, publié par le New York Times, “The sexual misery of the Arab World”, M....

Lire la suite »

Kravtchenko, Daoud, même combat, mêmes ennemis

Kravtchenko, Daoud, même combat, mêmes ennemis

  Il est probable que lorsqu’on fera l’histoire de la première partie du siècle, à la suite de Sartre et de son “communisme, horizon indépassable de notre temps”, à la suite des zélotes européens de Mao-Tse-Toung, il y aura tous ces intellectuels qui aujourd’hui, au nom de la dignité des opprimés et de l’antiracisme, soit trouvent des raisons aux revendications islamistes, soit relativisent certains traits archaïques de la culture arabo-musulmane, en particulier les attitudes envers les femmes. C’est dans le monde arabe qu’on se rappellera d’eux avec le plus de colère car c’est là qu’ils auront été les plus nuisibles. Les tribunes qui mettent en perspective l’indignation qui a saisi l’opinion devant les agressions sexuelles de Cologne, de Stockholm ou d’Helsinki seront alors rangées au côtés de celles qui défendaient les procès de Moscou en 1936 ou la Révolution culturelle chinoise. Même aveuglement, même mauvaise foi. On entend même aujourd’hui que les agressions sexuelles de la Place Tahrir ont finalement été montées en épingle1, c’était marginal, secondaire, exceptionnel… Les braves gens. Bientôt ils relativiseront les exécutions publiques d’homosexuels décidées par...

Lire la suite »

Vu des Etats-Unis : Comment Bruxelles est devenue une plaque tournante du recrutement djihadiste

Vu des Etats-Unis : Comment Bruxelles est devenue une plaque tournante du recrutement djihadiste

Au début du XXIème siècle, une kyrielle d’ouvrages et d’articles ont proclamé que le siècle américain avait pris fin, et que le nouveau siècle serait européen. Comme l’a récemment écrit Matthew Kaminski de la revue Politico, en 2000 beaucoup pensaient « qu’un continent libre, entier et prospère était à leur portée » et que « le siècle nouveau promettait souveraineté partagée, coopération pacifique, puissance douce (soft power) et justice sociale ». Bruxelles représentait le type de cité post-nationale et multiculturelle en laquelle les bureaucrates espéraient que le continent tout entier allait se transformer.

Lire la suite »

Attentats : deux débats à remettre à plus tard ?

Si les circonstances n’étaient pas si cruelles et n’appelaient pas une action policière et militaire déterminée, deux débats pourraient passionner en ce moment. D’abord, quel est le rôle de l’histoire dans la chaîne causale qui conduit aux attentats du 13 novembre, et précisément dans les mobiles de ceux qui les ont commis ? Faut-il mettre en cause le passé relativement lointain, tels la colonisation, les brutalités et les meurtres de la Guerre d’Algérie1 pour expliquer la colère homicide qui a pris un groupe de jeunes gens aux racines maghrébines, et les a fait rallier l’Etat islamique ? En se gardant de juger, on fera observer que les terroristes de novembre venaient aussi du Maroc, et non pas seulement d’Algérie, et que le Maroc à un rapport à la France sensiblement différent de celui de l’Algérie. Il semble aussi que plusieurs de ces terroristes aient grandi en Belgique, pays qui n’avait pas d’intérêt dans le monde arabe. Il ne va donc pas de soi de faire du passé colonial français la cause première ou même la cause seconde de la radicalisation qui...

Lire la suite »

Charlie Hebdo : tristes moments, triste réalité

Les tristes évènements du 7 janvier, la mort de journalistes, de policiers sous les coups de feu tirés par deux sous-prolétaires de culture musulmane devenus terroristes, met sous les yeux de la société française une réalité pénible : une frange de la population arabo-musulmane, en France, est sensible à l’appel au Djihad, et il ne s’agit pas seulement d’une poignée d’exaltés, sans signification sociale.  C’est une mouvance dont le degré d’adhésion à cet islamisme de combat est variable, mais qui en tout cas n’est pas nul. Pour mille jeunes gens, à ce jour, partis en Syrie, combien de personnes en France pour penser qu’ils ont bien raison de s’y rendre, et combien d’autres pour penser qu’ils n’ont pas tout à fait tort de prendre ce parti ? Combien encore pour penser que les dessinateurs de Charlie Hebdo ont abusé de la liberté d’expression, voire ont provoqué ce qui les a frappé ? S’il faut “éviter les amalgames”, antienne des pouvoirs publics en ce moment (ce qu’on peut comprendre), et ne pas diriger vers le monde musulman dans son ensemble...

Lire la suite »

Tunisie : une société civile en formation de combat

La richesse historique de la Tunisie, sa tradition de tolérance religieuse et sa place distinguée et avant-gardiste dans le monde arabe en matière de réformes et de diversité ainsi que sa jeunesse éduquée ont fait que ce n’est pas par hasard que la première révolution populaire contre la dictature dans le monde arabe ait vu le jour dans ce pays.  C’est donc cette Tunisie indépendante, progressiste, ouverte sur l’extérieur mais soumise à un régime autoritaire qui a secoué le monde le 14 janvier 2011 par une révolution populaire qui a bouleversé les équilibres régionaux et fait des émules non seulement dans le monde arabe, mais également en Chine, en Europe, aux Etats Unis et en Afrique. Une révolution de l’ère internet La révolution tunisienne se caractérise par le fait qu’il s’agit de la première “e-révolution” de l’histoire, une révolution assistée par écrans. Les nouvelles technologies ont permis aux jeunes révolutionnaires d’affronter la dictature sur  l’ensemble du territoire national, en échangeant en temps réel des informations clé sur le positionnement des forces de l’ordre et en s’échangeant en temps réel...

Lire la suite »