Posts Tagged ‘ démocratie ’

Kamel Daoud, un indigène réduit au silence

Kamel Daoud, un indigène réduit au silence

Le romancier algérien Kamel Daoud, on le sait, a publié dans le journal Le Monde, le 31 janvier 2016, un article intitulé “Cologne, lieu de fantasmes” au sujet des différences culturelles concernant la place des femmes et la sexualité entre l’Occident et ce qu’il appelle “le Monde musulman”. Le 12 février 2016, un groupe d’anthropologues, historiens et sociologues le clouent au pilori en co-signant un article virulent qu’ils intitulent “Les fantasmes de Kamel Daoud“, qualifiant ses mots de “lieux communs navrants sur les réfugiés originaires de pays musulmans” et d’islamophobes.  Soraya (pseudonyme) a souhaité leur répondre par cette lettre.  Ndlr.   Mesdames et Messieurs les anthropologues, historiens et sociologues bien-pensants, Permettez-moi tout d’abord de vous dire que vous avez tort. En tant que femme, musulmane, française de naissance, algérienne ayant vécu une décennie en Algérie, permettez-moi de vous dire que vous avez tort. L’islamophobie que vous devriez combattre n’est pas celle de Kamel Daoud mais la votre. En effet dans son premier texte, comme dans le second, publié par le New York Times, “The sexual misery of the Arab World”, M....

Lire la suite »

Amérique latine : vivre après une dictature

Amérique latine : vivre après une dictature

Une dictature est toujours un évènement traumatique pour les individus et pour les sociétés. Plus ou moins meurtrière, une dictature repose toujours sur la contrainte, la peur et la douleur quelle soit morale ou physique, infligée, endurée ou redoutée. De plus, fonctionnant selon le principe de l’imposition, contrairement à la démocratie dont le principe fondamental est le libre choix, une dictature s’émancipe de tout contrôle citoyen et peut verser sans frein dans la corruption et l’incurie économique. Ainsi au sortir des dictatures, les nouveaux régimes démocratiques doivent affronter des situations critiques voire dramatiques d’un point de vue humain, social, politique et souvent aussi économique et financier. Ce qui distingue en premier lieu dictature et démocratie relève du régime politique : la dictature est une autocratie c’est-à-dire le pouvoir d’un seul (ou d’un petit groupe) sur l’ensemble de la société et si elle se pare souvent des apparences de la démocratie en mettant en scène des élections, la dictature est l’antithèse de l’élection libre qui définit en premier lieu la démocratie (pouvoir du peuple de choisir ses gouvernants). La...

Lire la suite »

Tunisie : une société civile en formation de combat

La richesse historique de la Tunisie, sa tradition de tolérance religieuse et sa place distinguée et avant-gardiste dans le monde arabe en matière de réformes et de diversité ainsi que sa jeunesse éduquée ont fait que ce n’est pas par hasard que la première révolution populaire contre la dictature dans le monde arabe ait vu le jour dans ce pays.  C’est donc cette Tunisie indépendante, progressiste, ouverte sur l’extérieur mais soumise à un régime autoritaire qui a secoué le monde le 14 janvier 2011 par une révolution populaire qui a bouleversé les équilibres régionaux et fait des émules non seulement dans le monde arabe, mais également en Chine, en Europe, aux Etats Unis et en Afrique. Une révolution de l’ère internet La révolution tunisienne se caractérise par le fait qu’il s’agit de la première “e-révolution” de l’histoire, une révolution assistée par écrans. Les nouvelles technologies ont permis aux jeunes révolutionnaires d’affronter la dictature sur  l’ensemble du territoire national, en échangeant en temps réel des informations clé sur le positionnement des forces de l’ordre et en s’échangeant en temps réel...

Lire la suite »