Posts Tagged ‘ années 30 ’

Florence Henri au Jeu de Paume

L’exposition Florence Henri, au Jeu de Paume, est intitulée Miroir des avant-gardes 1927-1940, et c’est une expression heureuse : dans l’oeuvre de Florence Henri, se retrouvent toutes les grandes tendances qui ont fait la culture visuelle des cinquante premières années du XXème siècle. Au moyen de jeux de miroirs, elle commence par diffracter les formes, comme le faisait le futurisme et le cubisme ; elle épure ensuite, comme le recommandait le Bauhaus où elle étudie. Une image au moins, isolée,  fait penser à Rodchenko (Marseille, 1929). Ses fragments de ruines romaines sont comme un écho de celles que peignent De Chirico ou Max Ernst. Ses femmes à la chevelure déployée font écho à celles de Léger, de Picasso ou de Dora Maar. Tout ce qu’elle photographie est le fruit de son temps et de son milieu, et sans savoir qui elle est, on daterait et on situerait sans difficulté ce qu’elle produit, à l’intersection du Bauhaus et du surréalisme.  Pourtant si rien de ce qu’elle fait n’est original, si tous ses thèmes et bon nombre de ses procédés se retrouvent chez...

Lire la suite »

Julien Benda : un clerc pour toutes saisons

Parmi les écrivains français de la première moitié du XXème siècle, il en est peu sur qui la lourde chape de l’oubli se soit abattue aussi pesamment que sur Julien Benda (1867-1956). Il se définissait lui-même parmi ses contemporains – il est de la même génération que Maurras, Barrès, Péguy, Proust, Valéry et Gide – comme le plus illustre des auteurs obscurs. L’ombre a fini par le gagner entièrement. S’il figure encore dans l’histoire littéraire, c’est pour incarner ce personnage ridicule, « l’intellectuel républicain » qui signe des manifestes au nom de la Vérité et de la Justice, et pour être l’auteur d’un livre, La trahison des clercs, dont tout le monde connaît le titre mais que personne n’a lu. Il semble qu’il ait été surtout célèbre pour la haine qu’il a suscitée, peut être égale à celle qu’il avait lui-même de ses contemporains.

Lire la suite »

La Grande illusion : image d’un autre temps

Il est aujourd’hui difficile de voir sans perplexité La Grande Illusion, film qui vient de ressortir au début du printemps. Le film de Jean Renoir est divertissant, les acteurs sont en général convaincants, et le scénario conduit au dénouement – l’arrivée en Suisse – sans aucun ennui. Il reste que les images semblent venir d’un autre temps, non parce que le film est en noir et blanc mais du fait que la narration, consciemment (admettons-le pour l’instant), est faite de stéréotypes sociaux et culturels qui au lieu d’éclairer les personnages, encombrent notre vision et auxquels on ne peut vraiment croire. La culture antifasciste A l’occasion de la nouvelle sortie du film, en février 2012, la critique s’est limitée à louer les qualités du film, dûment restauré, et à le présenter comme un élément du patrimoine national. Certains ajoutaient, il y a encore peu : du patrimoine « progressiste ». « Un classique, un grand classique, le film où s’exprime le mieux la philosophie pacifiste et humaniste de Jean Renoir » écrivait ainsi un journaliste de l’Observateur en mars 2012. Pacifisme, humanisme … Il...

Lire la suite »