libre opinion

Les Présidentielles signent l’épuisement moral de Nuit debout

Les Présidentielles signent l’épuisement moral de Nuit debout

La séquence “Nuit debout-France insoumise” de ces derniers mois laisse la gauche radicale dans un état d’épuisement nerveux, moral qu’on aurait eu du mal à imaginer, il y a un an. Des lycéens radicaux manifestent à Paris en soutien de l’abstention au second tour de la Présidentielle, rejetant comme identiquement détestables et Macron et Le Pen. Sans s’en rendre compte, ces lycéens retrouvent un classique de la pensée gauchiste, soit dans sa version trotskyste capitalisme et fascisme deux faces de la même médaille, discréditée en 1945, soit dans sa version soixante-huitarde élections piège à cons. Des électeurs mélenchonistes les ont précédés, d’autres les suivront ; ils s’abstiendront. Une effervescence anti-libérale, aigre et violente, suit l’échec de Mélenchon au premier tour. L’ambiance est à la colère, au dépit. Dans l’esprit de ces militants, il est essentiel, il est noble de refuser le principe du Front républicain et de le clamer. Le discours est incendiaire. Une petite minorité pourrait même voter Le Pen par détestation de Macron, de 9 à 22% disent les instituts de sondage – 22%, rien que ça. Le Front républicain en barrage...

Lire la suite »

Manuel Valls ? Un sacré problème de jugement

Toulon1942_sabordage

Ces deux dernières années, malgré de vraies qualités, Manuel Valls a surpris par son manque de jugement.  Gérant mal des réformes mal conçues, solidaire d’un président qui a rarement su dépasser la tactique électorale, candidat à une primaire où il ne pouvait pas gagner, se positionnant à cette occasion en rassembleur et garant de l’unité socialiste dans un contre-emploi qui ne lui a fait gagner aucune voix… Bref, beaucoup d’erreurs d’appréciation en peu de temps. Il en commet une autre en ne rejoignant pas Emmanuel Macron. Si lui et ce qu’il représente au PS se rangent effectivement derrière Benoît Hamon au nom des règles de la primaire et surtout au nom de l’unité du parti, il est bien possible que Hamon arrive second au premier tour des présidentielles, puisque la première place du Front national paraît malheureusement assurée. Il suffirait que Fillon reste au niveau où il est et que Bayrou, se présentant, soustraie 4 à 5 % décisifs à Macron. Or, un Le Pen / Hamon au second tour, c’est le scénario catastrophe : une crypto-fasciste contre un pion...

Lire la suite »

Benoît Hamon, nouvelle coqueluche de la gauche tendance suicide

La mauvaise foi est toujours nécessaire à quiconque veut d’un état médiocre s’élever au plus grand pouvoir  Machiavel Benoît Hamon est un cas d’école. En agitant des propositions programmatiques qui oscillent entre le ridicule ou le guignolesque (revenu universel), l’irréalisme total (visa humanitaire pour les migrants), et le sociétal déconnecté du réel (le cannabis), il a réussi à devenir le nouveau chouchou de la base militante du parti socialiste et de son noyau dur électoral. Mais il a réussi aussi un autre exploit : celui de mettre d’accord pour une fois les lecteurs de Jean-Claude Michéa et les tenants d’une ligne réaliste au sein du Parti socialiste : les orphelins de Michel Rocard ! Et ce n’est pas un mince exploit ! Car Hamon a une arme suprême : ceux qui critiquent son programme se voient affublés du terme néo. Vous critiquez ses propositions économiques : vous n’êtes qu’un affreux néo-libéral. Vous critiquez son sociétalisme tendance gauche suicidaire : vous êtes un néo-réac ! Hamon parle-t-il des problèmes qui, aujourd’hui, minent la société française comme toutes les sociétés occidentales ? Parle-t-il du déclassement social, de la crise sans...

Lire la suite »

Peillon, irresponsable et fier de lui

Les propos imbéciles, invraisemblables de Vincent Peillon sur la laïcité, les juifs, l’étoile jaune et le racisme anti-musulman sont malheureusement typiques de ce qu’est devenu, dans une partie de la gauche, l’antiracisme des années 80. Peillon, et c’est à son honneur, ne supporte pas le racisme dont est victime la minorité arabo-musulmane. Il ressent de l’empathie pour ce qu’elle peut éprouver, et veut dénoncer les discriminations qui la frappent. Il lui faut convaincre, attirer l’attention. Alors il recourt au vieux procédé rhétorique de l’amplification, de l’emphase. Et quelle meilleure amplification du propos que de comparer cette situation regrettable à celle des juifs pendant la guerre. Comme il est moins intelligent qu’il ne le pense et qu’il n’est pas bon orateur, il mélange tout, et son propos, qu’il ne contrôle plus, devient confus et malsain. Peillon confond les périodes, et relie des faits sans rapport (la laïcité comme cause de l’antisémitisme ?). Au delà des erreurs de fait, cette rhétorique a le malheur d’alimenter la thématique du “deux poids, deux mesures” – le subtext n’est pas difficile à déchiffrer -, thématique...

Lire la suite »

Valls : que va-t-il faire dans cette galère ?

Valls : que va-t-il faire dans cette galère ?

La prévision en politique est un art difficile. Le ridicule n’est jamais loin. C’est pourtant à ce jeu qu’on voudrait se livrer au sujet des présidentielles et précisément de la primaire du PS. Ce jeu concernera deux candidats qui ont intéressé cette revue, deux candidats au dessus du lot dans cette masse  instable qu’est devenue la Gauche : Valls et Macron. Valls sous les feux croisés Valls a contre lui, sans nuance, le bloc historique du PS qui ne lui pardonne pas son modernisme et son goût pour ce que ce bloc a toujours détesté : la troisième voie et le blairisme, auxquels elle n’a jamais rien compris. Ce bloc votera Hamon sauf si Aubry sait présenter un autre apparatchik tout aussi creux mais qui n’aura pas encore laissé paraître son insignifiance. Ajoutant à la confusion, Peillon vient de prêter son élégante silhouette à la stratégie anti-Valls. Ce n’est pas un crétin, mais sa seule légitimité est de jouer les utilités dans ce combat de sabotage. ‎Comptons sur cette Gauche pour nous reparler, pendant cinq mois, du care, de la réduction du...

Lire la suite »

Hollande n’était pas la solution, mais pas non plus le problème

Hollande n’était pas la solution, mais pas non plus le problème

Il est puéril de critiquer François Hollande en termes personnels, ce 2 décembre 2016, et de lui reprocher de n’avoir pas su incarner la « fonction présidentielle ». Ajoutez une remarque sur les deux corps du roi et vous passerez pour profond. Nicolas Sarkozy incarnait-il mieux la fonction ? Que vaut le vocabulaire de l’incarnation au XXIème siècle ? Et surtout François Hollande, lors des attentats de novembre dernier puis quand il s’est agi de mener une guerre en urgence pour protéger le Sahel, a-t-il vacillé ? L’homme n’est pas en cause, et tout comme la hargne anti-sarkozy est devenue à la fin déraisonnable, le Hollande bashing est artificiel et superficiel. En novembre 2015, la France a vu un solide républicain, entouré de ministres régaliens déterminés, qui a su être à la hauteur de la situation. Imagine-t-on la troupe Guéant, Wauquiez, Hortefeux au pouvoir à cette occasion ? Les deux Gauches Comme souvent, les questions de personnes obscurcissent la réalité, et cette réalité est politique au sens global du terme : après les premiers temps de son élection, avec l’excellent rapport Gallois1, François Hollande a perdu...

Lire la suite »

Comment finir dans la dignité (pari pour 2017)

La Tour, Le tricheur

Dans notre dernier numéro, nous avions parié que François Hollande finirait par comprendre, à la fin de l’automne, que sa candidature aux présidentielles de 2017 serait tout bonnement incongrue. Comment se présenter quand on laisse un chômage plus important qu’au moment de son élection, quand on a perdu sa base électorale d’origine et que l’on est abandonné par toutes les composantes de sa majorité (symbolisées par Montebourg, Macron, les Verts, Hamon, Taubira…) ? Cette candidature, personne ne la souhaite, même à gauche, et elle lui garantit de rester dans l’histoire de la Vème République comme le président qui n’a même pas atteint le deuxième tour- soit pire que Jospin, dont la défaite de 2002 est surtout l’effet d’un mauvais concours de circonstances. Aux primaires de gauche, la défaite est même possible, ce qui serait le comble de l’humiliation. Tactique Le plan de bataille était clair : Sarkozy candidat de la droite allait provoquer un mouvement de coalition de la gauche unie et du centre, et le réflexe de se regrouper derrière une candidature raisonnable…Mais la gauche au sens large a...

Lire la suite »

Attentats : le piège

L’attentat de Nice, dit-on, a fait éclater l’unité républicaine qui avait suivi les attentats de janvier 2015 et peut-être encore ceux de novembre dernier. La droite républicaine, sincèrement ou pour ne pas être doublée par le Front national, critique violemment le gouvernement pour ce qu’il a fait ou omis de faire depuis dix-huit mois contre le terrorisme. La concurrence entre les candidats de droite joue aussi son rôle. Qui sera le plus martial ? Même François Juppé est obligé de virer à droite, au risque d’alimenter la panique. Cela posé, quelque chose appelle certainement débat. De bons experts tels François Heisbourg ou Michel Goya, d’autres encore… pointent depuis plusieurs mois les dysfonctionnements administratifs et les erreurs d’approche. Le gouvernement parait maintenant mal inspiré d’avoir refusé la commission d’enquête sur les attentats de novembre que les meilleurs experts appelaient de leurs vœux, à la fin de l’année dernière. Le consensus, cela se construit. La commission d’enquête parlementaire sur l’action de l’Etat face aux attentats de janvier et de novembre 2015, qui a rendu son rapport le 5 juillet, a servi de succédané, et personne ne pourra...

Lire la suite »

Brexit (bis)

Brexit (bis)

Le vote britannique, en fait anglo-gallois, pour la sortie de l’Union européenne, le 23 juin dernier, vient de loin. Nous avions attiré, en février, l’attention sur les trois colères dont il risquait de procéder : le souci tory de la souveraineté parlementaire et judiciaire, le ressentiment des classes populaires contre l’ouverture des frontières et, aspect rarement noté en France mais bien présent, le rejet d’une Europe sous influence allemande. La deuxième colère est celle qui apparemment a le plus mobilisé. La campagne a donné aux thèmes de l’immigration et du contrôle des frontières un rôle-clef. C’est par ce biais que la thèse du Brexit a convaincu une majorité des électeurs. Les deux autres colères ont joué un rôle certain mais moindre : l’esprit tory concerne la fraction historique de la classe dirigeante ; le rejet de la German dominance est un sentiment général mais diffus qui, à lui seul, n’aurait pas justifié un vote pour la sortie de l’Union européenne. Le rejet des étrangers en revanche, européens ou non, la xénophobie ont mobilisé de vraies masses, à la sociologie très...

Lire la suite »

Un peu court M. Macron, un peu tard M. Valls ?

Un peu court M. Macron, un peu tard M. Valls ?

Un président désavoué, un peu ridicule avec sa manie de parler de tout à tout le monde ; un propos souvent trivial ; un bilan économique qui n’est pas bon et un chômage qui excède celui de 2012 ; une réforme de l’Etat qui ne s’est pas faite ; des réformes scolaires mal conçues (mais défendues de façon véhémente par un ministre de l’Education qui n’a pas, il l’insinue, l’envergure des questions posées – l’a-t-il lui, l’envergure ?)… Triste fin du hollandisme, et le discrédit s’étend à tous ceux qui ont plus ou moins bien gouverné durant cinq ans. C’est pour échapper à ce piège que Macron s’est mis en avant au mépris des loyautés anciennes, mais non sans logique, ni sens de l’a-propos. Dans le scénario qui s’annonce, il n’ a aucune chance de peser sur la stratégie socialiste à venir, il le sait ; le PS ne l’aime pas. Macron ne veut donc pas participer à la primaire de Gauche, et peut-être a-t-il tort d’ailleurs car dans une primaire élargie, il pourrait dépasser Hollande ou Valls, concurrencer Montebourg, et...

Lire la suite »