Essais et fictions

L’Inventaire du communisme, François Furet

François Furet, L’Inventaire du communisme, Editions EHESS Le petit livre (92 pages) réalisé par l’historien Christophe Prochasson à partir de discussions qu’eurent ensemble François Furet et Paul Ricoeur en 1997 n’est pas une introduction au maitre livre de Furet, Le passé d’une illusion (1995). Ce serait plutôt une piqure de rappel, heureuse et bienvenue. Les thèmes du Passé d’une illusion, repris dans cet Inventaire sur le mode de la conversation, s’éloignent de nous, de la même façon que la Guerre de 14-18 s’est éloignée. On ne se représente plus ce qu’a été l’illusion communiste, comme on ne comprend plus ce qu’ont pu être les grandes hérésies populaires, le catharisme, les vaudois, ou l’élan qui a poussé aux Croisades. Qui hors les historiens s’intéressera encore aux articles de la Partisan Review ou aux errements des Compagnons de route, dont parle Furet ?  L’histoire a rendu son jugement ; même le vocabulaire a vieilli.  Mais ce petit livre comporte, sur la période pré-soviétique, nombre de notations pertinentes, d’aperçus qui correspondent au monde qui après la parenthèse 1914-1989, se reforme peu à peu...

Lire la suite »

Revues : Commentaire et Le Débat, Printemps 2012, Books mai 2012

Commentaire, Printemps 2012 Bon numéro de printemps, avec une série d’articles de grands dirigeants d’entreprise (Bertrand Collomb et surtout Patrick Pélata), d’Olivier Coste et de Pascal Lamy sur la situation concurrentielle de l’économie française. Comme le montre probablement aussi l’ouvrage de l’ancien PDG de Saint-Gobain, La France doit choisir, il est probablement en train de se reformer un parti transversal, le Parti Industriel, celui des lointains héritiers de Saint-Simon et de Pierre Massé : renforcement industriel sans protectionnisme, cohésion sociale, progrès collectifs. A noter aussi, l’article d’Alain Besançon : Plaisir à lire Proust, intéressant parce qu’il traite Proust en auteur que l’on peut juger, oeuvre et personne, sans en faire un monument au delà de tout jugement de goût.  Le Débat, mars-avril 2012 Excellente livraison mars-avril 2012. On relèvera tout d’abord le débat autour du livre important de Gilles Kepel, Quatre-vingt-treize, sur la présence immigrée, musulmane en Seine-Saint-Denis et ses évolutions paradoxales, avec les articles de Hugues Lagrange, qui souligne justement que certains aspects du Printemps arabe (l’aspiration à la liberté et  l’autonomie) entre en contradiction avec les évolutions de nombreux...

Lire la suite »

Mon tour du Monde, d’Eric Fottorino

L’ouvrage de l’ancien directeur du Monde est surprenant. Il est d’abord mieux écrit et moins complaisant que la plupart des autobiographies, genre dont il relève sans en avoir l”air. Il est aussi riche de toutes sortes d’aperçus sur la difficulté à diriger un grand quotidien : rédaction  immature, infrastructure coûteuse et inadaptée, pression politique franche et directe, banquier sans pudeur ni scrupule, coordination de la rédaction “papier” et de la rédaction numérique rendue difficile par la différence dans les actionnariats sous-jacents, … Le récit des rencontre avec N. Sarkozy serait presque difficile à croire si tout dans le livre ne témoignait pas d’un fonds d’honnêteté incontestable, jusque dans l’aveu d’erreurs et de maladresses ( le dernier éditorial, de type testamentaire, est un exemple de ce qu’il ne fallait pas faire). La fin de la période Plenel mérite aussi d’être lue. Les portaits des patrons de presse italiens, espagnols ou français, avec lesquel Le Monde essayera en vain de sauver son indépendance, sont réussis, et donnent bien le style des tractations qui ces dernières années, ont eu lieu dans les milieux de...

Lire la suite »