Cahiers photos

Mia Duncan

Mia Duncan

  Mia Duncan est une jeune photographe basée à Paris et Boston. Née en 1995, elle a commencé la photographie à l’âge de 14 ans et étudie en ce moment dans un programme Media and Film à Northeastern University. Afin de conserver à ce qu’elle photographie ou filme leur nature brute, elle s’interdit de retoucher ses clichés. Elle prend son inspiration dans sa vie quotidienne, ses amis, les couleurs environnantes, et recherche l’intimité entre le photographe et son modèle. De haut en bas Geneva, 2015 Bois de Boulogne, 2015 Sophie, 2016 Nadia, 2016 Jess, 2016   Télécharger au format PDF

Lire la suite »

Clara Chichin

Clara Chichin

Clara Chichin est née en 1985, elle vit et travaille en région parisienne. Après un DEUG de philosophie à Paris 1 et un Master 1 en « Arts, Littérature et Pensée contemporaine » à l’Université Paris 7,  elle rentre aux Beaux-Arts de Paris dont elle sort diplômée en 2012. Clara Chichin a une pratique constante de la vidéo, l’écriture, la photographie sous forme de livres d’artistes, de vidéo ou d’accrochage. Elle donne à voir des œuvres intimistes, introspectives, parfois poétiques. Son travail a déjà été montré à Marseille, Paris, Toulouse, récemment au centre d’art contemporain photographique (Villa Pérochon) de Niort et à Athènes. Elle est l’un des photographe exposés à la Galerie Les filles du calvaire, à Paris du 2 au 30 juillet 2016, à l’invitation de Mme Anna-Alix Koffi, rédactrice en chef de la revue OFF the Wall, revue qui a eu l’occasion de présenter son travail. SOUS LES YEUX QUE QUELQUES MINUTES EPUISENT ” Clara Chichin réalise des photographies noir et blanc et en couleur, denses et contrastées, auxquelles elle associe des fragments de textes renvoyant à des instants...

Lire la suite »

Géraldine Lay

Géraldine Lay est née en 1972. Diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie en 1997, lauréate 2015 du programme Hors les Murs de l’Institut français, elle vit et travaille à Arles.  Elle est représentée par la galerie Le Réverbère à Lyon depuis 2005. Géraldine Lay a fait l’objet d’une monographie, Failles ordinaires, texte de Jacques Damez, parue aux éditions Actes Sud en 2012. Elle expose à la galerie Le Réverbère du 29 janvier au 30 avril 2016. Jacques Damez, extrait du livre Failles ordinaires : “L’image photographique est parfaite pour jouer ce rôle intermédiaire, cette séparation entre chien et loup, entre apprivoisée et sauvage, ce moment où l’on n’est plus capable de discerner, où la perte de la distinction nous renvoie à la fragilité de nos perceptions et nous plonge dans la projection, l’imagination. On crée alors une fiction pour pallier notre défaut de vision, pour lutter contre l’inquiétude de l’illusion. Il y a quelque chose du drame intérieur, pas celui des consciences tourmentées et des sentiments incertains, mais celui des sensations muettes qui éprouvent l’action silencieuse de la mélancolie....

Lire la suite »

Yusuf Sevinçli

Yusuf Sevinçli est turc et stambouliote. Il y est arrivé jeune pour étudier et y vit déjà depuis une quinzaine d’années, entouré par une communauté d’artistes, photographes pour la plupart, avec qui il partage cette passion pour l’image. Chacun d’entre eux reflète à sa manière l’effervescence créative de cette scène émergente. Leurs préoccupations et leurs styles sont très divers mais ils mettent en commun leurs expériences, leurs voyages et s’enrichissent de leur échanges, qu’ils soient intellectuels ou fraternels. Une image rescapée La frappante singularité de l’image de Yusuf Sevinçli est qu’elle est pour ainsi dire « rescapée »1, tant il glane ses clichés au hasard de la vie et profite de ses offrandes les plus inattendues. D’un noir et blanc très contrasté, au grain épais et à la surface souvent griffée, ces images fugaces de la vie quotidienne s’imprègnent ainsi d’une atmosphère hors du temps. Incidemment, ces photographies ne semblent plus rendre compte de l’instant présent mais d’un monde rêvé et d’une époque incertaine, égarée dans l’échelle du temps. Manifestement, son désir n’est pas de donner à voir la réalité...

Lire la suite »

Isi Véléris

Israël Noël Véléris est né le 25 décembre 1933 a Bruxelles de parents juifs lituaniens. Avant d’être déportée, sa mère réussit à le cacher au Château de la Hille (Ariège) où 48 autres enfants juifs avaient été recueillis (un documentaire, « Les petits cailloux blancs » a été réalisé par Mathieu Ortlieb, il a été diffusé sur Arte).  A quinze ans, il quitte l’Europe pour les Etats Unis où il est naturalisé, puis  voyage au quatre coins du globe. Le New York des années 60 Isi Véléris découvre la photographie par les cours de Richard Avedon, qui le prendra occasionnellement en photo, et en 1967 ouvre son petit studio sur Park Avenue South. Il collabore avec des agences de publicité et gagne sa vie comme photographe pour la mode et la publicité, au point de gagner des prix  (« Annual Art Director Show », « American Grafic Society » pour la campagne Danskin). Il obtient le prix de la meilleure couverture de disque de l’année pour Vintage violence de John Cale. Il fréquente le Max Kansas City avec la crème de la scène underground...

Lire la suite »

François Fontaine

François Fontaine est né à Paris en 1968. Étudiant en Histoire de l’Art à la Sorbonne, il se passionne pour les voyages et la photographie. Durant une dizaine d’années, il parcourt l’Asie du Sud-est. Il est finaliste du Prix Kodak de la Critique Photographique en 1997 pour son travail sur les prisonniers de Phnom-Penh. De 1998 à 2002, il vit et travaille en Espagne. Ses séries « Poésie urbaine » et « Les fleurs de la nuit » sont exposées à Madrid, Barcelone, Valence et Paris. En 2005, le photographe est exposé à la première Biennale Photo de Guangzhou puis invité en résidence au Guangdong Museum of Art de Guangzhou. Sa série « Lost in China », voyage chromatique et onirique dans l’Empire du Milieu, lui vaut la troisième place du prix Leica Oskar Barnack. En 2006 et 2007, François Fontaine poursuit son exploration de la statuaire commencée en Espagne et au Brésil en effectuant un travail de commande sur les statues de Paris pour la revue Palace. En 2008, les séries « Lost in China », « Les christs de Salvador » et « Rêves de statues » sont exposées...

Lire la suite »

Alan Thomas

Alan Thomas est américain et, de profession, éditeur aux prestigieuses Presses universitaires de Chicago. Elevé en Allemagne, en Yougoslavie et en Virginie, il s’est orienté vers l’édition après un diplôme de littérature anglaise obtenu à Oxford. Ses clichés explorent la façon dont les espaces inhabités, insolites,  affectent notre sens du passé et du présent.  Son travail photographique, qui accorde une grande place aux paysages et aux personnages du Midwest,  lui a valu plusieurs expositions, dont une exposition collective à la galerie Catherine Edelman de Chicago, depuis ses clichés en noir-et-blanc des années 80 jusqu’aux photos couleur précises et étrangement mélancoliques de ces dernières années. Son travail photographique l’a aussi conduit au Japon et en Inde, non pour reportages ou anecdotes, mais pour s’attacher aux lieux, aux scènes qui viennent donner un sens nouveau à la perception du temps. Piotr Widelsky     Expositions, ouvrages 2012 Tokyo/Chicago/Kolkata: Photographs by Alan Thomas, Seagull Foundation for the Arts, Kolkata, India, 5-12 May 2012 2011 The Blue Corvette, Places: Forum of Design for the Public Realm | Design Observer. September 2011 Calcutta: Bookland, Design Observer. March 2011 2010...

Lire la suite »