Numéro Mars-Avril 2013

Les vrais gagnants de l’économie mondiale, aux USA et ailleurs

Il est arrivé quelque chose d’étrange à la belle utopie post-industrielle. Les vrais vainqueurs se sont révélés être, non pas les créateurs de mondes virtuels ou les rois du web 2.0, mais les paysans, les soutiers de l’économie : les régions, les Etats, les sociétés qui ont une parfaite maîtrise des arts de la production physique, matérielle, que ce soit dans l’agriculture, l’énergie ou, fait remarquable, dans les industries manufacturières. Les économies les plus fortes du monde développé (Norvège, Canada, Australie, certains Etats du Golfe Persique) produisent du pétrole, du gaz, du charbon, des minerais industriels ou des produits alimentaires pour le marché mondial. Le succès le plus éclatant, celui de la Chine, résulte principalement de son essor industriel. Le Brésil s’est trouvé propulsé au top de l’économie mondiale par la conjonction de trois facteurs : une importante production énergétique, un puissant secteur industriel et le plus grand volume d’exportations agricoles après les Etats-Unis. Situation américaine Aux Etats-Unis, il en va apparemment de même. Durant la dernière décennie, les régions qui ont le plus progressé sur le plan économique,...

Lire la suite »

Le nationalisme russe, statue aux pieds d’argile ?

Les secousses subies par le pouvoir en Russie avant et lors de la réélection de Vladimir Poutine au poste de président de la Fédération de Russie n’ont pas laissé indifférents les observateurs étrangers.  Songeons aux manifestations de la fin 2011 et du début 2012 en Russie, et ces derniers jours, la mort de Boris Berezovsky qui n’a probablement pas fini de faire couler de l’encre. Le pouvoir en place depuis treize ans a parfois été qualifié de nationaliste. Avant de confirmer cette opinion il n’est inutile de se pencher sur la nature du nationalisme en Russie et sur les rapports qu’entretient le pouvoir avec cette option politique. Il existe bien évidemment un mouvement nationaliste en Russie, et même un parti nationaliste mais que représentent-ils ? Électoralement à peu près rien. Vladimir Jirinovsky, chef du parti libéral-démocrate et régulièrement présenté comme un nationaliste, propose régulièrement des projets de loi teintés de nationalisme mais dans les faits, malgré ses déclarations provocatrices, son parti opère généralement comme un soutien du pouvoir. Comment se situe donc le pouvoir non seulement par rapport à l’électorat...

Lire la suite »

De l’institution aux contrats, le couple dans tous ses états

Le droit du couple (et partant du droit de la famille) a changé de visage depuis une quarantaine d’années. Car la famille elle-même a changé de visage tant il est vrai que le droit n’est jamais que le miroir de ce que nous sommes. Quel est donc son fondement aujourd’hui ? Il semblerait que pendant longtemps, la famille (et le mariage qui en servait de socle) ait été définie comme un instrument indispensable à l’organisation sociale. Une société qui va bien est construite sur des familles qui elles-mêmes sont solides. Car la Société sait que l’individu en difficulté doit pouvoir avant tout compter sur sa famille. Mais depuis une quarantaine d’années, il semblerait que la famille ne réponde plus à cette définition.

Lire la suite »

Bruno Le Maire, le Chateaubriand de la PAC

Il est toujours difficile de commenter les ouvrages d’hommes politiques encore en activité. Les oublis, les postures qu’on aurait envie de pointer sont l’effet de la fonction et du plan de carrière. L’auteur n’est pas insincère ; il est contraint par son projet. La politique commande l’ouvrage. On ne trouvera donc dans cet ouvrage, Jours de pouvoir, de celui qui fut député puis ministre de l’Agriculture et admis dans le premier cercle du Président Sarkozy, semble-t-il, ni d’autoportrait à la Rousseau, ni d’analyses des deux dernières années du sarkozysme, ni de perspectives qui seraient proposées au pays. L’ouvrage mérite néanmoins lecture. Une chronique du sarkozysme finissant Chaque jour ou presque de novembre 2010 à mai 212, Bruno Le Maire a rédigé une page de ce qui deviendrait cette chronique du sarkozysme finissant. S’y mêlent les journées du ministre de l’agriculture, faites de voyages internationaux incessants pour arracher aux autres puissances agricoles des mécanismes dérogeant aux pures règles du marché, qu’il s’agisse de la vénérable Politique Agricole Commune (PAC) ou de la stabilisation des prix internationaux, les nombreuses rencontres avec Nicolas...

Lire la suite »

Cinéma : Free Angela Davis and All Political Prisoners

L’heure était aux jeunes ce 19 mars, au cinéma MK2Seine, pour l’avant-première de Free Angela Davis and All Political Prisoners, en présence d’Angela Davis elle-même, accompagnée de Shola Lynch, l’auteur du documentaire. On aurait pu s’attendre à retrouver des nostalgiques, soixante-huitards, et d’autres qui auraient manifesté pour Angela Davis en 1971, survivants des quelques 60 000 français qui ont défilé derrière Louis Aragon, à côté de sa sœur Fania Davis, pour demander sa liberté. Pourtant ils étaient peu au rendez-vous, ces survivants. La salle était remplie de jeunes Afro-Français, majoritairement de sexe féminin. Age moyen : 30 ans. Quelques t-shirts, tel « la Brigade Anti-négrophobie ». Un air joyeux, une énergie militante. A la fin du film, sur scène, arriva Angela Davis en tunique noire et paillettes, ses cheveux ayant repris la coupe Afro qu’elle avait abandonnée ces dernières années pour des tresses rasta. Sa présence a tellement ému la salle qu’il n’y eut pas une seule question à propos du film. Les questions étaient plutôt celles qu’on pose aux célébrités politiques : « Comment peut-on militer de nos...

Lire la suite »

Grenades dégoupillées

En octobre 2012, dans un quartier dit ”sensible” de Grenoble et pour un motif apparemment futile – certains parlent d’un simple regard –, Kevin, étudiant, et Sofiane, éducateur, tous deux âgés de 21 ans,  furent lynchés par une quinzaine de jeunes munis de manches de pioche, de marteaux et de couteaux. François Hollande s’était immédiatement rendu sur place, et la police avait vite  arrêté une dizaine de jeunes adultes âgés de 18 à 21 ans . «Qui est responsable et pourquoi est-il mort ?» se demandait naguère Graeme Allwright, à propos du décès dramatique et navrant de Davey Brown, boxeur afro-américain, sur un ring. Qui donc avait porté le «premier coup mortel» au pugiliste ? Et le poète néo-zélandais anticonformiste de passer en revue la chaîne des parties prenantes à un combat de boxe qui se défilent honteusement, la queue entre les jambes. La même interrogation exigeante et l’extension analytique qu’elle contient vaut pour Kevin et Sofiane, les deux jeunes trucidés à Grenoble. Faire ainsi écho de loin au débonnaire Graeme Allwright revient en somme à s’interroger sur les facteurs et les déterminants de cet acte furieusement...

Lire la suite »

Essais : Le temps des juristes, Paul Lignières

Loin du discours inaudible des experts économiques qui trônent sur les chaînes d’info continue, l’essai de Paul Lignières Le temps des juristes est une bouffée d’oxygène ! Son intention, démontrer combien le droit apporte un éclairage utile aux défis d’une France et plus largement d’une Europe qui n’a pas adapté son logiciel aux défis de la mondialisation. Son propos est particulièrement bienvenu en cette période où en France, comme dans tant d’Etats-membres, l’Europe est présentée en mode binaire. Entre une Europe cause de tous nos maux et l’Europe comme unique salut, la ligne que trace Paul Lignières est claire et nuancée. En décrivant l’héritage historique (culpabilité et universalisme) et les notions et mécanismes juridiques qui ont construits l’Union (libre concurrence, libéralisation, ouverture des frontières), il explique pourquoi l’Europe se trouve aujourd’hui démunie face à la mondialisation. Le lecteur comprend, une fois pour toute, comment l’Europe en est arrivée à soumettre ses entreprises aux normes les plus strictes, sans en exiger le respect de la part des entreprises non européennes    Citant Jacques Delors, l’auteur souligne que l’erreur européenne est devenue...

Lire la suite »

Chronique russe, moscovite, sibérienne et mordve…

En Russie, on a la chance d’accueillir inopinément des météorites auxquels personne ne s’attendait. Cela met un peu de piment dans la vie des habitants de ces coins perdus de Tcheliabinsk. Cela finira peut-être même par leur rapporter de l’oseille. Manne du ciel imprévue, les débris retrouvés sur terre suscitent la curiosité des enfants, attisent les convoitises de spéculateurs de tout poil, mais restent interdits d’approche aux scientifiques au lac Tchebarkoul. On n’oublie pas pour autant la Mordovie, qui a accueilli un météorite humain, de poids, celui-là, en la personne d’un acteur français célèbre. Cet événement continue à faire la une des journaux, des sites internet et des conversations avec les chauffeurs de taxi (même de gauche : en russe levaki), qui sont sources intarissables de renseignements et détracteurs inépuisables du pouvoir en place, de tout temps. Le ridicule ne tuant pas, l’affaire Depardieu continue à alimenter les médias russes, d’autant plus que l’acteur est de retour (depuis le 21 février) dans sa nouvelle patrie ! Après avoir non sans mal enfilé une chemise brodée russo-mordve XXL à laquelle il manquait...

Lire la suite »

Wes Anderson, cinéaste pré-moderne

Les films de Wes Anderson – sept à ce jour : Bottlerocket, Rushmore, The Royal Tenenbaums, The Life Aquatic with Steve Zissou, The Darjeeling Limited, Fantastic Mr Fox, et Moonrise Kingdom- ont atteint le statut de cult-movies.  Ils semblent avoir tout pour plaire à notre époque : histoires de famille à l’eau de rose d’enfants ou d’enfants attardés destinées à des individus dotés du même âge mental, maniérisme du style vintage  nostalgique, univers fétichiste issu des BD et des livres pour enfants, clins d’œil  glamour rétro à la musique pop des sixties et aux films français nouvelle vague, acteurs recyclés ou décalés (Bill Murray, Angelica Huston, Gene Hackman, Bruce Willis, Jason Schwartzman, Owen Wilson), scenarii loufdingues et romantiques, mises en scènes très rock and roll mais aussi très minutieuses. Les mêmes prédicats nourrissent les oppositions chez les critiques. Même pas nouveau, disent-ils : on dirait du Tim Burton, et Anderson lui-même ne cesse de se répéter obsessionnellement avec les mêmes gimmicks. Le cinéma n’a-t-il pas mieux à faire que de se contempler nombrilistiquement dans son passé et dans des histoires éculées comme celles...

Lire la suite »

Back in the USSR

Tout a commencé par la recherche d’une vieille et célèbre chanson russe, Katiousha – soviétique, en fait, puisqu’elle a été écrite en 1938. YouTube la propose en toutes sortes de versions : sur scène, pour voix masculines, pour voix féminines, parfois en chœur, ou alors en bande-son sur des images d’archives, en noir et blanc, en couleur, le plus souvent sur des films concernant la Grande Guerre Patriotique, selon le nom qui est donné à la Seconde guerre mondiale en Russie. Katiousha figure au milieu de milliers de clips consacrés à la chanson patriotique russe, domaine qui est un véritable continent d’images (YouTube en donne un aperçu impressionnant ; il existe même un site sur le sujet, d’allure presque scientifique). La version la plus intéressante est celle d’une chanteuse douée, d’une beauté massive, épaisse, à la voix d’alto. En faire-valoir, on lui a adjoint une chanteuse plus jeune au visage de poupée slave. Toutes deux sont habillées de vêtements militaires des années 40, ceux de l’Armée Rouge évidemment : un képi, une jupe de tissu ocre, une vareuse, et sur celle de l’alto...

Lire la suite »