Numéro Eté 2016

France, Etats-Unis, Grande-Bretagne… La crise des partis progressistes

France, Etats-Unis, Grande-Bretagne… La crise des partis progressistes

La défaite d'Hillary Clinton est un exemple « idéal-typique » de la crise que traversent, depuis près de quatre décennies, les partis progressistes. On y retrouve, condensées en un seul moment, toutes les séquences qui expliquent aujourd'hui le déclin de ce qu'il est convenu d'appeler le progressisme aux Etats-Unis comme en Europe. Face à une crise sociale et politique sans précédent, Hillary Clinton a pensé que le recours aux bonnes vieilles ficelles du progressisme sociétal lui assurerait la victoire. Elle s'est lourdement trompée. En communautarisant à outrance sa campagne, en caricaturant l'Amérique « périphérique », Hillary Clinton n'a fait que conforter les critiques adressées à son parti : celles d'être un parti élitiste coupé des réalités et ne comptant que sur le vote communautaire pour gagner les élections. Car à la vérité, aujourd'hui, les partis progressistes partagent un certain nombre de points communs qui les isolent toujours plus des évolutions sociologiques constatées dans tous les pays développés.

Lire la suite »

Valls : que va-t-il faire dans cette galère ?

Valls : que va-t-il faire dans cette galère ?

La prévision en politique est un art difficile. Le ridicule n’est jamais loin. C’est pourtant à ce jeu qu’on voudrait se livrer au sujet des présidentielles et précisément de la primaire du PS. Ce jeu concernera deux candidats qui ont intéressé cette revue, deux candidats au dessus du lot dans cette masse  instable qu’est devenue la Gauche : Valls et Macron. Valls sous les feux croisés Valls a contre lui, sans nuance, le bloc historique du PS qui ne lui pardonne pas son modernisme et son goût pour ce que ce bloc a toujours détesté : la troisième voie et le blairisme, auxquels elle n’a jamais rien compris. Ce bloc votera Hamon sauf si Aubry sait présenter un autre apparatchik tout aussi creux mais qui n’aura pas encore laissé paraître son insignifiance. Ajoutant à la confusion, Peillon vient de prêter son élégante silhouette à la stratégie anti-Valls. Ce n’est pas un crétin, mais sa seule légitimité est de jouer les utilités dans ce combat de sabotage. ‎Comptons sur cette Gauche pour nous reparler, pendant cinq mois, du care, de la réduction du...

Lire la suite »

Mia Duncan

Mia Duncan

  Mia Duncan est une jeune photographe basée à Paris et Boston. Née en 1995, elle a commencé la photographie à l’âge de 14 ans et étudie en ce moment dans un programme Media and Film à Northeastern University. Afin de conserver à ce qu’elle photographie ou filme leur nature brute, elle s’interdit de retoucher ses clichés. Elle prend son inspiration dans sa vie quotidienne, ses amis, les couleurs environnantes, et recherche l’intimité entre le photographe et son modèle. De haut en bas Geneva, 2015 Bois de Boulogne, 2015 Sophie, 2016 Nadia, 2016 Jess, 2016   Télécharger au format PDF

Lire la suite »

Sur Ernest Renan, 7 octobre 1892

Sur Ernest Renan, 7 octobre 1892

  Discours de M. Gaston Paris, membre de l’Institut, au nom du Collège de France Messieurs, C’est ici qu’il a voulu finir, dans ce Collège de France qu’il avait tant aimé et dont la gloire séculaire lui devra un de ses plus éclatants rayons. Pendant ce cruel été, tandis que ses yeux déjà voilés disaient adieu à sa chère Bretagne et semblaient chercher sur le vieil Océan celtique la barque mystérieuse qui jadis transportait les âmes dans « la terre de l’éternelle jeunesse », il n’avait qu’un désir : revenir à Paris. On s’étonnait de cette volonté tenace, dont la satisfaction a été sa dernière joie : c’est qu’il voulait mettre sa mort en harmonie avec toute sa vie ; il voulait qu’au moment de la suprême défaillance ses mains errantes pussent encore toucher les murs du temple où il avait célébré avec tant de foi le culte d’esprit et de vérité. Le Collège de France a été le vrai centre de la vie d’Ernest Renan. Quand il venait, tout jeune encore, y compléter son instruction hébraïque ou y suivre les immortelles leçons d’Eugène...

Lire la suite »

Une paillotte de plage (Golfe de Guinée)

Une paillotte de plage (Golfe de Guinée)

Il est midi. Je demande au chauffeur de me déposer au Blue Beach, un club à la sortie de la ville, après le port. Le Ministre de la santé m’a dit qu’il y avait une jolie paillotte-restaurant et une plage privée – le lieu où viennent le week-end les expatriés et la bonne société de la région. Le chauffeur viendra me rechercher à cinq heures. En principe, il devrait pleuvoir vers six heures du soir, ce qui laisse du temps après ce congrès ennuyeux sur les maladies tropicales et la prévention en milieu scolaire, et avant l’avion de 23 heures. L’endroit est presque vide, ce samedi, à l’heure où j’arrive. C’est la saison des pluies ; le ciel est gris de plomb et la mer est une grande étendue hostile, agitée. Sur un panneau écaillé planté au début de la plage, avec une concision de Code civil, il est indiqué : “Courants violents, mer dangereuse. Chacun se baigne sous sa propre responsabilité”. On dit qu’au loin, en mer, il y a des pirates. Je m’installe sous la paillote à une petite...

Lire la suite »

Une fontaine endormie (1956)

Une fontaine endormie (1956)

Après la Libération, la vie musicale reprend son cours d’avant la guerre. Les musiciens, les chanteurs qui s’étaient exilés pour raisons raciales ou politiques reviennent en France. Ceux dont les chansons sont associées à l’Occupation, au pétainisme sont inquiétés, tels André Dassary, connu pour le retentissant Maréchal nous voilà de 1941, ou André Clavaud, animateur de Radio-Paris, station fermée en 1944 à la libération de Paris ; leur éclipse ne durera pas. Renée Lebas (19177-2009), alias Renée Leiba, juive roumaine dont la carrière avait commencé en 1938, revient de Suisse Romande, d’où elle avait gardé le contact avec son public en chantant sur Radio Genève. Comme elle, pour les mêmes raisons, Eddie Marnay et Emil Stern  sortent de la clandestinité. Eddie Marnay, alias Edmond Bacri, avait commencé sa carrière de chanteur et de parolier en 1937. Il mourra en 2003, célèbre pour ses chansons pour les chanteurs yé-yé et Claude François, Mireille Mathieu et Marcel Amont, 4.000 chansons au total. Emil Stern, alias Emile Stern (avec une lettre qui change tout), est un musicien doué, capable de donner une...

Lire la suite »

Histoire de la peinture française : Charles Landelle ou le triomphe de l’orientalisme

Histoire de la peinture française : Charles Landelle ou le triomphe de l’orientalisme

Charles Landelle (1821-1908) ne fut pas un peintre de renom, comme l’ont été Delacroix ou Delaroche, mais ce fut néanmoins un peintre de talent. Reconnu par la critique et par les Salons du 19ème siècle, il réussira à faire de son nom une valeur sûre de l’histoire de l’art. Charles Zacharie Landelle est né en 1821 à Laval. Il sera l’élève de Paul Delaroche puis plus tard du talentueux Ary Scheffer qui reste le pionnier du romantisme français. Dès lors, il choisit de ne pas choisir la voie du romantisme et décidera de peindre des peintures religieuses qui auront un joli succès.  Reconnu dans les années 1848 par la critique, il débutera une carrière de peintre officiel puisque Napoléon III lui commandera plusieurs toiles dès 1852. Devenu le portraitiste de la haute société bourgeoise du 19ème siècle, il recevra le prestigieux titre de La Légion d’Honneur qui fait office de reconnaissance de l’État. Sa carrière prendra un tournant dès 1866 avec un voyage au Maroc où il se passionnera pour la couleur chaude, et ce seront les premiers prémices de...

Lire la suite »

Nice, une caméra pour 343 habitants

Nice, une caméra pour 343 habitants

Nice, c’est une caméra pour 343 habitants – pour une pour 1500 à Paris. Nice est la quatrième ville de France en nombre d’habitants et régulièrement la première de France en policiers municipaux. Nous parlons ici d’une ville jusqu’à peu gérée par Christian Estrosi. Un homme capable de vouloir interdire les SDF au centre-ville pour la tranquillité de ses habitants peut sans aucun doute être accusé de manquer d’humanité, mais certainement pas de laxisme en termes de sécurité. Et malgré ce contexte-là, plus de 80 personnes sont mortes en quelques minutes. Comment en sortir ? L’augmentation de la sécurité ne sera jamais suffisante. Quand Monsieur Guaino propose que les policiers soit équipés de lance-roquettes, il ne cherche pas une solution. Par ce propos, l’ancien commissaire au plan choisit un univers particulier, un « jeu » au sens scientifique du terme, celui de la rhétorique politique. Un jeu avec ses propres règles, règles très éloignées de la politique au sens noble du terme, celle qui vise à améliorer la « vie de la cité ». Daesh a repris les recettes...

Lire la suite »

Géraldine Smith : retour à Belleville

Géraldine Smith : retour à Belleville

Dans son livre Rue Jean-Pierre Timbaud paru au printemps 2016, Géraldine Smith raconte une vie de famille dans un quartier de Paris qui, par la confrontation de populations très différentes, « bobos et barbus » comme dit son sous-titre, nous semble révélateur d’une certaine France d’aujourd’hui. La forme de son récit est par ailleurs très intéressante : sans prétentions sociologiques ou politiques, elle part de ses souvenirs : parents et enfants dans les écoles, amitiés, antipathies, espaces publics et privés….toute la politique de la vie quotidienne.Il semble que les débats qui ont suivi la publication de Rue Jean-Pierre Timbaud aient parfois eu du mal à rendre compte de tant de complexités, et c’est pour cela que nous avons voulu poser à Géraldine Smith, qui réside maintenant aux Etats-Unis, ces quelques questions provoquées par un livre perspicace, courageux, original. Ndlr.

Lire la suite »

Sports : TPO et TPI, nouvelles formes de l’esclavage

Sports : TPO et TPI, nouvelles formes de l’esclavage

Comme l’indique la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, dans son article 4 : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ». La Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales du 4 novembre 1950, dans son article 4 relatif à l’interdiction de l’esclavage et du travail forcé, reprend le même principe : « 1. Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude. 2. Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire (…) ».Beaux principes…Marguerite Yourcenar, dans les Mémoires d’Hadrien en 1951, notait néanmoins ceci : « Je doute que toute la philosophie du monde parvienne à supprimer l’esclavage : on en changera tout au plus le nom. Je suis capable d’imaginer des formes de servitude pires que les nôtres, parce que plus insidieuses : soit qu’on réussisse à transformer les hommes en machines stupides et satisfaites, qui se croient libres alors qu’elles sont asservies, soit qu’on développe chez...

Lire la suite »