Souvenir après Retour à Ithaque

janvier 2015

Le beau film de Laurent Cantet, Retour à Ithaque, qui montre une petits groupe d’intellectuel cubains entre Tchekhov et Sakarov, fait revenir toutes sortes de souvenirs chez ceux qui ont connu Cuba, ces vingt dernières années – période durant laquelle la fausse monnaie castriste a cessé d’avoir cours, période de stagnation pour Cuba.   Tout y est  :   le charme de Cuba,  sa douceur, sa liberté sexuelle, sa mixité des races, sa culture, et l’horreur du stalinisme, mais aussi (et surtout) la nostalgie de la jeunesse enfuie, les regrets.

Renée Fregosi, à qui nous devons notre dernier article sur la fin des dictatures en Amérique latine et qui a beaucoup apprécié Retour à Ithaque, nous livre le poème que lui avait inspiré son seul voyage sur l’île, en 1989, alors que beaucoup espéraient alors que les “gorbatchéviens” allaient l’emporter.
La Rédaction.

Retour de La Havane

Et la voix nous disait « il n’y a plus lieu d’attendre »

La ville coloniale sereine et dégradée

Aux façades oubliées fières et désespérées

Comme au temps d’Hemingway n’espérait que se vendre.

 

Contre le parapet du Malecón trempé

Les vagues furieuses annonçaient le naufrage

D’un monde décrépit le douloureux carnage

De ce conservatoire aux statues ébréchées.

 

Nos ombres s’allongeaient en figures parallèles

Et un observateur inattentif aurait

Pu croire que nous marchions côte à côte mais en fait

Quelques pas devant lui j’attendais qu’il m’appelle.

 

Lorsque nous arrivâmes mouillés salés hilares

Au niveau du Buena Vista Social Club

On nous aurait bien cru tous deux sortis d’un tub

Nous jubilions complices comme de vieux tricards.

 

Il ne fut plus question de signaux convenus

Nous dansions encastrés et nous nous embrassions

A pleine bouche et là tout debout copulions

Je partis au matin jamais ne l’ai revu.

 

Sur la nappe en papier d’un bistrot de trottoir

Il m’avait dessinée comme sur une plage

Et il avait écrit ces mots prémonitoires

« Tu as le charme triste des oiseaux de passage ».

 

 

Renée Fregosi

Partagez cet article:

Tags: , ,

Imprimer